{{ data.msg }}

Your browser does not support all of our website’s functionality. For an improved shopping experience, we recommend that you use the most recent versions of Google Chrome, Safari, or Firefox.

Life

Le petit nouveau

Quinn Simmons débarque en World Tour

En voilà un qui a débarqué sans crier gare sur la scène cycliste internationale, avec une saison 2019 à tout casser, couronnée d’un titre de champion du monde junior. Un gamin de 18 ans qui passe directement des rangs juniors dans l’une des plus grosse équipe WorldTour : Trek-Segafredo.

Qui est Quinn Simmons?

« Je suis Quinn Simmons », dit-il en souriant, arborant une longue barbe rousse sous ses nouvelles lunettes de soleil et le casque rouge de son équipe. Le soleil de Majorque fait briller son visage, alors qu’il vient d’entrer dans un nouveau monde : celui du cyclisme professionnel, à 18 ans tout juste.

« Je suis originaire de Durango, Colorado et je cours en VTT depuis que je suis tout jeune. J’ai débuté sur la route à l’approche de mes 17 ans, en tant que junior première année. À cette époque je partageais mon temps entre route et VTT. Et puis j’ai décidé que je préférais la route et j’ai fait une super saison pour ma deuxième année en junior, qui a lancé ma carrière professionnelle. »

Pour sa première saison sur la route, il avait commencé par une troisième place sur Gand-Wevelgem, et a gagné la coupe des Nations UCI, des courses qui rassemblent les meilleurs juniors au monde. Et pour sa seconde saison, plus question d’arrêter Simmons. Il est revenu sur Gand-Wevelgem, mais pour gagner cette fois, et a poursuivi par une insolente domination, dont le titre mondial dans le Yorkshire fut l’apothéose.

« J’étais confiant au départ de ces championnats. Je savais de quoi j’étais capable dans un bon jour. Bien sûr, un imprévu peut toujours surgir, mais j’étais en grande forme et mon équipe aussi était très forte. Ça a vraiment été un travail collectif de la part du team USA. J’avais vraiment essayé de conserver le noyau dur de l’équipe, les six avec qui j’avais vécu toute cette année passée en Europe. »

La nouvelle génération s’est formée à travers la pratique de plusieurs disciplines : cyclo-cross, piste, VTT ou Gravel. Simmons sent combien son bagage de vététiste l’avantage.

Photo: Getty Sport

« Un bon coureur est un bon coureur. Si tu es fort et que tu développes de la puissance sur un VTT, la transition vers la route est faisable. Tu emportes tes compétences techniques avec toi, et tu les transposes, c’est un énorme avantage. »

Le jeune homme de 18 ans engagé par Trek-Segafredo est un des quatre coureurs ayant quitté les rangs juniors pour directement intégrer l’élite cette année, sans passer par la case U23. « La course est bien plus contrôlée. Chacun dans l’équipe connait son rôle. Ça roule très vite, et c’est un autre sport. Il y a une dimension tactique, aussi. J’ai hâte d’en apprendre plus. Il y a un tel condensé d’expérience dans l’équipe que j’apprends quelque chose de nouveau chaque jour. On fait toujours un débrief après la course aussi. »

Les juniors sont soumis à des limitations aux niveaux des braquets, alors passer sans transition d’un départ en 14 dents à un départ en 10 dents avec le groupe eTap AXS, peut paraître un sacré changement. « Mais ça me convient mieux, car je suis un grand gabarit. Or, je ne suis plus limité par ma vitesse de jambe, mais par la force que je peux développer. Je peux toujours m’appliquer à tourner les jambes, mais je peux enfin me concentrer sur la force. »

Le jeune homme espère que la génération à laquelle il appartient verra les Américains obtenir les résultats au meilleur niveau. Il s’attend à faire partie, chez Trek-Segafredo, de l’équipe des classiques de printemps, et il compte sur ses composants SRAM eTap AXS pour l’aider à atteindre ses objectifs.

« Je n’ai jamais eu de transmission électronique jusqu’à maintenant. J’avais encore des dérailleurs mécaniques lors des derniers championnats du monde. Mais j’aime vraiment, vraiment ça, jusqu’ici ! De plus, les gros braquets me permettent enfin de pousser. Et je ne veux jamais revenir en arrière, aux freins sur jantes ! »

Avec Trek-Segafredo, Simmons sait qu’il a trouvé la bonne équipe pour grandir.

« La mentalité du groupe est bonne, nous avons bien débuté sur le Tour Down Under, et nous avons une solide équipe pour les classiques. J’ai connu Paris-Roubaix dans sa version junior, et j’ai hâte d’y retourner. »

Attendez-vous à croiser le nom de Quinn dans les classements — et pour un bon moment!

Quinn roule sur un Trek Madone équipé du groupe SRAM RED eTap AXS.